Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Plage d'Ault (Somme)

Plage d'Ault (Somme)

Sur la plage, échouée : une chaussure égarée, abandonnée ou, peut-être, oubliée. Un soulier désabusé au destin funeste pourtant à peine usagé et déjà démodé. Que n'a-t-il chaussé un grand de ce monde ou, probablement un touriste lambda venu chercher un peu de rêve d'autre part... « Sous les pavés la plage ! » Et il n'y a trouvé que des cailloux.


Le propriétaire de cette chaussure orpheline a-t-il dû partir précipitamment ? L'esprit dans les étoiles et les pieds dans le sable. Un homme à la mer et une chaussure dépareillé, comme une épave, tristounette à l'instar d'un soulier chapelinesque.
Et maintenant que va-t-elle devenir cette chaussure devenue une vulgaire godasse ? S'user et se décomposer par le temps qui passe, dépasse et outre-passe. C'est-à-dire vieillir là, tranquillement. Hélas ! Là et lasse, une grande marée lui offrira-t-elle une ultime et beau voyage jusqu'aux côtes anglaises ?

Un (no)futur, en tout cas, qui n'est pas le pied. Et qui donc se soucie, comme de sa première paire, de ce soulier ? Pas même un unijambiste.

Le poète, lui, aurait pu y voir, dans cet objet délaissé,  comme une vieille chaussette, un soulier aux « semelles de vent », mais on perçoit tout de suite que ce n'est qu'une banale chaussure de ville qui ne volera ni ne marchera sur ces cailloux qu'elle a, une dernière fois, foulé avant de finir ici : sur ce tout petit bout de côte picarde.

Tant va la chaussure à l'eau qu'elle s'y noie.

JrB, Cayeux-sur-Mer, 30 avril 2015

Les questions qui ne se donnent pas de réponse elles-mêmes en naissant n'obtiennent jamais de réponse.

Franz Kafka (Journal )

Partager cette page

Repost 0