Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Ecoute de Henri de Miller (Paris, Forum des Halles)

Ecoute de Henri de Miller (Paris, Forum des Halles)

Le geste eût été insignifiant pour n’importe qui ;peut-être fût-il léger, très léger ; comme la grâce d’une odeur de quelque parfum sublime, tremblement de la paupière. Cette pression du bout de l’ongle, eût été un éclair d’orage que la décharge, l’émotion eurent été, en comparaison, un simple effleurement.

 

Ô mon Amour je t’aime !

 

Un reflet diapré miroita dans son œil, quelque éclaboussure du soleil réfléchie d’une fenêtre qui s’ouvrait ; comme un message de tout là-bas, d’on ne sait qui… et on ne sait pourquoi…

Ô mon Amour je t’aime !


Ses cheveux allumaient dix mille miroirs, brillaient de cent mille flammes, scintillaient de millions d’étoiles, au feu du regard de l’amant comblé.

Ô mon Amour je t’aime !

 

Sa respiration lente. Profonde. Rythmant une musique viscérale, dont ses doigts transmettaient l’onde cosmique d’un dieu nommé Éros ; subtile harmonie de la caresse de la pensée.

 

Ô mon Amour je t’aime !
 

Là, allongée, depuis toujours… N’attendant (plus). Elle se reposait. Nue. Nu, lui aussi. Ce frôlement et ce silence où tout se disait et se faisait. Toute la passion.

 

Ô mon Amour je t’aime !

 

Était-ce un sourire ? Plus peut-être. Son visage modelé dans sa plénitude. Vidé… des larmes de mille ans. Avant. Une gravité scellait, pour tout autre, sa joie ; sauf pour lui.

 

Ô mon Amour je t’aime !
 

JrB, Ensisheim, 25 novembre l982

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :