Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Vade rétro Satanas

Vade rétro Satanas

C’était un Individu parmi… aucun
Il… écrivait ainsi que si peu pensât
Ayant appris que la liberté n’était qu’un leurre
Il… lisait sur les corps ce qu’on n’écrivait jamais nulle part
Parce que toute âme est tatouée d’un désir insolent
Il… parlait bavardait épiloguait et dissertait
Afin que personne n’entendît son silence
Il… pianotait quelque « Pastorale » ou « Inachevée » sur un sexe démesuré
Pour que se fissent entendre les bruissements d’une pensée inassouvie
Il… n’était que l’ombre d’un Moi qui se savait floué
Depuis si longtemps qu’il avait quitté le chemin de l’enfance
Il… ne criait presque plus à peine hurlait-il
À chaque fois qu’une larme était d’un sang innocent
Il… marchait jusqu’aux confins d’une solitude minérale et inextinguible
Et se rassasiant ainsi d’une humanité oubliée
Il… croyait toujours qu’il percevait si peu
Que le monde avait fini par n’être qu’un solipsisme exacerbé
Il… en jouissait comme une idée charnellement voluptueuse
Que seule la contemplation d’un narcissique néant donnât
Il… feignait en sachant que toute ruse est vérité
Dans la réalisation d’un dessein qui n’est que destin
Il… aurait peint avec le bleu in(dé)fini de ses yeux
Se mirant dans les brumes cauchemardesques de la raison
Il… traverserait encore et toujours la frontière décente des mots
comme pour s’offrir le frisson et la caresse d’une amante
Il… tremblerait d’avoir monté si haut et d’être allé si loin
Là où la respiration est notre musique charnelle
Il… regarderait une dernière fois la peur
La crainte qu’il avait connue naguère d’atteindre cet(te) autre
Il… n’était plus que lui en son sein reposant

JrB, Strasbourg, 17, juin 1984

Supprimez le conditionnel et vous aurez détruit Dieu.

Boris Vian

Partager cette page

Repost 0