Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Jardin des Tuileries (Paris)

Jardin des Tuileries (Paris)

Mes yeux ont erré

longtemps, trop ! Sur le vide
vacuité d’un regard qui était Moi

Mes mains ont caressé
ce corps sans vie
qui n’était qu’un immense abîme

Ma bouche s’est tue
n’ayant de mots d’amour
à plus personne pour les dire

Mon cœur a rythmé la monotonie
des jours sans fin
d’une mélancolie amoureuse

Mes oreilles n’ont plus écouté
les mille et un bruits de la tendresse
de-ci de-là j’ai inventé un soupir

Que mes yeux découvrent
le chemin de sa tendresse
Que mes mains caressent
la vie qui passe à travers elle
Que ma bouche baise
les lèvres de la vérité d’une présence
Que mon cœur batte
la mesure d’une symphonie sensuelle perdue
Que mes oreilles entendent
la chansonnette du bonheur de vivre
Qu’Éros s’invite
à la table de la bonne franquette
Nous y ferons bombance.

Ensisheim, 16 mai 1982

L'oubli est la condition indispensable de la mémoire.

Alfred Jarry

Partager cette page

Repost 0