Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le Hurlu (Momignies, Belgique)

Le Hurlu (Momignies, Belgique)

Elle a déshabillé mes pensées
déshabitué mes phrases
mes mots ont été mis à nu
éclatant de leur probité
misérable dans leurs contradictions
Aussi que me reste-t-il ?
du rêve, de l'imagination, du délire
et des phantasmes
Toujours et encore toujours !
Elle a presque tout vu
qui je suis…
Reconnu

Oublie-t-elle qu'on déshabille l'idée
que l'on « dénormalise » le discours
pour habiter le mot ?
Moi éclaté dans ses multiplicités du « réel »

J'ai vêtu pour elle le bleu
du désir
Celui de mes yeux 
– reflet d'un autre part qui se tait –
d'autres fois vert d’espérance
Un instant, j'ai été beau
à moi-même
dans cette nudité voilée
fraîche et impudique
érotisée dans la lumière
d'une absence
forme différenciée d'une autre présence

Le mirage corporel s'est incarné
frémissant de mille songes
animés par mille et mille mots
la couleur ! la saveur ! et l'odeur d’Éros !
Des mots qui n'en sont pas !
de ceux qu'on ne sait plus écrire
Qu'on a oubliés comme on s'oublie…
Qui n'existent que dans la caresse poétique
Et qui se ressentent au-delà de tout
On les écoute sans les dire
On ne les prononce même pas
C'est le silence qui s'exprime

Écoute le vent
il te parlera pour moi…

JrB, Ensisheim, 12 mai l982
 

Le poète a toujours raison
Qui voit plus haut que l'horizon
Et le futur est son royaume
Face à notre génération
Je déclare avec Aragon
La femme est l'avenir de l'homme

Jean Ferrat

Partager cette page

Repost 0