Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

HP Prémontré

HP Prémontré

Hard-rock. Hard-core. Je suis hard. Je suis speed. Je voudrais être et je suis.
 

Je voudrais recevoir dix mille watts dans mes organes sensuels. Sentir les picotements des feux infernaux étouffer cette soif d’émotions. Le grain de ma peau est un réseau ultra dense de fils de fer barbelés ou électriques. Les lampes de mes yeux s’enténèbrent jusqu’à faire disjoncter le circuit de ma raison…

Je suis pris dans une tempête érotique. Typhon de moi-même. Ouragan des pôles et antipodes : raison folle et irraison où mon sexe s’érige en vision panoramique d’un corps hard s’essoufflant dans le vide. Pompe aspirante qui ne sait que… refouler, comme si c’était le présent de l’avenir et vice versa. Défunte érection d’un univers à recréer toujours la sempiternelle histoire. Toujours un peu plus et encore moins.

Les os de la surface immergent la peau des profondeurs : je suis tout ouïe et carpe méta-centenaire d’une vie infra-égothique. Là et ici, l’éthique se beurre du miel spermatique faisandé par les excréments de la passion. Où moi sera et où je ne suis plus tout à fait l’autre… Soft and love : est-ce possible ?

Les pieds dans la fange épicée de l’immonde parfum du divin. Un dieu quel qu’il soit ! Ni romain ni catholique, moins encore cathodique, et qui ne mérite même pas une majuscule capitale, né de l’enfer, comme d’autres naissent pour mourir. C’est la volupté de l’immobilisme transcendant. Au néant du paradis, c’est le goulag de la liberté. Elle est l’ogresse de mes sourires aux tyranneaux face à' Éros et ses fils pervers, depuis Caligula à Sardanapale et jusqu’au très prude marquis

Le mal comme ultime bien. Le phantasme des autres fantasmagories spéculaires d’un outre-monde. Images incarnées de mes ongles déchirant l’éternité. Peuple héroïque de mes nuits : j’ouvre les égouts de la semence libertaire pour que croule l’infamie mondaine sous le joug de la bienséance pudeur.

Nuit de mes aubes : offrez-moi à exister un peu plus ce que je deviens. Être le fer dans la plaie au soleil de midi juste avant que ne tombe une pluie d’acier comme on en n'a point connue depuis des lustres et même avant ! La morsure du serpent et le cri du loup présagent le tranchant de la lame du rêve qui n’en finit qu’en cauchemar pour mieux asservir âme qui vive. Voici venu le temps du crépuscule à l’aube : le brisant de la vague sur le tombeau de l’immortel et, enfin ! la pureté d’une larme pour que ce (faux) monde cesse…

Un démon angélique et un archange luciférien sont devenus les voyageurs du nulle part ailleurs et de l’en deçà transfini. Cet abîme de soi qui enserre, malaxe et pétrit la pompe à sentiments. Nous sommes là par le plus pur hasard d’une volonté que personne ne revendique et qui nous manque. Notre cœur bat, au repos, ces cinquante pulsations comiques, faute d’être cosmiques, et s’épanche : « Pourquoi là ? Pourquoi non ? »

Soft est mon désir : simple miroir des lingeries de l’imaginaire travesti en reflets diaprés du mensonge qu’on se fait à soi-même. Soft toujours est la signature seigneuriale de quelqu’un qui ne fait qu’outrepasser attendant de… demeurer.

JrB, Ensisheim, le 28 janvier 1983

Penser contre son temps c'est de l'héroïsme. Mais le dire, c'est de la folie.

Eugène Ionesco, Tueur sans gages

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :