Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

L'improbable au rendez-vous de la nature

L'improbable au rendez-vous de la nature

J’aime les mots quand ils sont miens
Riches, pauvres et dérisoires
J’aime les idées quand elles sont miennes
Farfelues, contradictoires, voire intelligentes
Chacun vaut autant qu’il vaut,
C’est-à-dire dire nécessairement plus
On vaut ce qu’on se permet d’être
j’ai(me) ce que j’ose être
Ni plus ni moins !
Le poids de l’esprit et celui du sourire
L’un et l’autre et non pas l’un sans l’autre
La saveur du baiser, c’est son imagination
Le frisson de la caresse, c’est son délire
De même pour mes mots
De baisers, je suis prolixe
Et de caresses, généreux
Pour qui sait me faire flamber avec les siens…
Joyeux ou tristes à votre humeur
À votre goût qui est le mien
Aimer, c’est délirer dans l’esprit d’autrui
C’est y créer sa couche
S’y reposer et s’y brûler
Diurnes et nocturnes balades
Dans les veines du sentiment de l’amante
Jour après nuit et après-jour
Ré-écrire le dictionnaire des caresses
L’imprimer sur le papier velouté de la peau
L’exprimer dans les limbes amoureux du regard
C’est encore et ne se repaître
Ni du corps ni de l’esprit, jamais !
Donner toujours et toujours donner
Ce qu’on a, en sachant qu’on ne l’a
 encore point
Et ne jamais reprendre
Tout est déjà là
En l’instant se faisant pour l’éternité éthérée

 

JrB, Ensi, 25 octobre 1982

 

La poésie est le miroir brouillé de notre société. Chaque poète souffle sur ce miroir : son haleine différemment l’embue.

Louis Aragon

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :