Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

L'empire des lumières, René Magritte (1964)

L'empire des lumières, René Magritte (1964)

Nous habitons la maison du hasard
Pour y accéder, il faut en franchir le portique
Déshabillé de la vacuité et vanité humaines

Cette maison est aussi celle de la nécessité
Une immense bâtisse édifiée en pierres tombales
Scellant tous les secrets de la raison
Y demeurent aussi le langage et la mémoire

Ces lieux-dits appartiennent à la terre du désir
Aux confins d’un jardin où s’épanouissent
Les fleurs de la solitude
Et les fantômes de nos rêves
Y creusent le sillon de l’absence

 

Cet espace franchi, quelque chose d’inconnu et d’imperceptible donne à croire que l’on pourrait, enfin ! revêtir les habits de la paix et se promener dans l’éternité du fantasme jusqu’à s’élever dans la divinité du Moi.

JrB, Strasbourg, 28 novembre 1986

Sans doute trop symbolique, certes. Il me paraît avoir été influencé par un symbole que, chaque jour, je franchis depuis trois semaines… à savoir, le Rhin. Quand un symbole [le fleuve] n’est qu’une réalité, mais conservant sa toute- puissance à créer un imaginaire dans nos esprits ensommeillés, alors le Rhin (romantique des grands littérateurs) frôle l’ordre du mystique si on a l’esprit à être sublime.

Nul vainqueur ne croit au hasard.

Friedrich Nietzsche, Le Gai savoir

Partager cette page

Repost 0