Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Les larme du soleil sont la pluie du printemps

Les larme du soleil sont la pluie du printemps

Cet instant qu'il soit fixé en ma mémoire
Jamais plus ! jamais, non ! oublié
Toujours vécu réanimé porté au rouge
Feu de l'esprit, feu du corps et désir de l’âme
Pardonnez et oubliez mes doutes 
écoutez et entendez ma joie
Joie de l'amour qui dure et qui s'enflamme
Neuf cent quatre-vingt-dix-neuf fois perpétuité
La tête bruyante et étourdie
les mots me confondant
Craintif ici, je tremble, là, je pleure pourtant,

je vis heureux bonheur sublime instant,
chaque fois et autant de fois retrouvé
perdue éternelle errance, j'avance 
Ce sourire cette tendresse si proches...
 Ils me rappellent demain ! hier !
mais aujourd'hui aussi je suis heureux,

demain… après-demain plus encore ! nous deux, ainsi !
Jour après jour, semaines après mois, c'est fini !
Attendre de ne plus attendre d'attendre
presque plus encore et si peu !
Impatience et quelle patience ! j'en frémis
Mon désir s'y enveloppe de toute part…
je ne m’y noie emporté par nulle autre force
L’autre, elle, toi, moi, lui et nous
Les mots se taisent impuissants
dits, répétés, mensongés et rêvés
Si vrais, si concrets tant de fois réalisés
Mots de caresses, mots de tendresse et sourire du mot
Écoute-les, ils te diront mille fois pardon
Mille fois également merci
Dix mille fois « la formule immuable du désir »(*) 
« Je t'aime »
Ici, ils disent ce qu'ils savent devoir taire...

JrB Ensisheim, 29 décembre 1981

(*) Thomas Mann, La Mort à Venise

L'ai-je bien répété ?

Partager cette page

Repost 0