Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Fragments corporels.

Fragments corporels.

Hier, déjà ! en ma demeure vous êtes venue ;
À peine étiez-vous arrivée qu'il fallait repartir.
Que nous avions été bien aises de nous retrouver!
Quelle grande tristesse de si vite devoir se quitter.
Juste une petite heure : que pouvions-nous dire ?
Surveillés, contrôlés, regardés, espionnés.
Le loup et l'agneau : mais qui était l'un, qui était l'autre ?
À nous deux peu importe ! Sinon d'être réunis,
En attendant, encore un peu, que nous soyons unis.
Je vous ai aimée et mon cœur débordait d'allégresse ;
Si belle, si fraîche 
Et mes mains auraient voulu vous caresser.
J'ai désiré si fort un baiser, un vrai...
Tout en sachant que ce n'était encore possible,
Goûter la saveur de vos lèvres,
La délicatesse de votre peau.
Mais attendre, jamais !
Nous ne parviendrons à nous y habituer.
C'est heureux ! Cela signifie le manque de l'autre...
Son absence, de l'une à l'un et à l'autre.
Sa présence fantasmée, aussi.
Oui ! cet après-midi-là, je vous contemplais
Et vous m'étiez lumineuse.
J'étais éclairé par un radieux soleil.
Tout en douceur, 
En teintes subtiles de la tendresse...
J'aurais pu rester des journées en vous regardant, 
En vous écoutant :
C'eut été un bonheur, ce fut un ravissement.
Nous n'étions pas seuls, hélas !
Nous n'étions pas tous les deux, seuls.
Entre nous, l'administration, le poids de l'institution.
Mais peu nous chaut,
Les mots que nous prononcions… étaient notre liberté.
Pourtant peu importait les barrières qui brisaient l'union,
Coupés en deux dans la partie de l'autre...
Chacun de son côté : 
Telles sont les règles de la bienséance en ce lieu
Nous les avions pourtant corrompues symboliquement.
Pendant cette heure, murs et barreaux s'effaçaient.
Là, dans une salle quelconque où tous deux presque libres,
Promesses bientôt, de beaucoup et d'autres choses...
D’ici, on se tait, mais un jour…
Demain, nous les ferons
Et à l'infini…

JrB, Ensisheim, 30 août 1981

Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas.

Charles Beaudelaire (Le spleen de Paris, N'importe où hors du monde)

Partager cette page

Repost 0