Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

L'univers tel qu'en ouvrant grands les yeux, on peut le croire

L'univers tel qu'en ouvrant grands les yeux, on peut le croire

Lignes sans fin
jamais brisées
arrondies
déliées et pleines
esquissées et projetées
L’œil sans refus
Jamais ne repose
Le rêve enfle
Impudique chasteté
éternel va-et-vient
copulation co(s)mique
L'amour dans la nature
c'est la jouissance de l'univers

Image épurées
reflet de la transfinitude
beauté suggérée
juste à peine retenue
Androgyne ô sœur
Corps livrés
délivrés
où nulle main
autre que sacrée
n'a déposé une trace

Caresse floue hésitante
s'arrêtant où elle commence
Sourire pâle de la soie
et sueur de la grâce
enfantine
innocente et iconoclaste
Éros crissant
gémissements chuchotés
Draps des rêves humides
Sexe sans sexe
Sérénité de la courbure
en notre esprit

JrB, Ensisheim, 20 avril 1982

Tout est possible, fût-ce notre impossibilité…

L'univers de chacun est universel.
Eugène Ionesco, Journal en miettes

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :