Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

En route sur les chemins de la nostalgie

En route sur les chemins de la nostalgie

Lumière de la robe d'Éros pour tout habit de la pensée
Travesti du corps déshabillé de la pensée rationnelle
Mille feux de ses yeux de mante irreligieuse
éclairent La chair brûlée
jusqu'à la passion de l'enfer du désir
Chaque souffle est mot, le soupir d'une autre flamme
Femme qui embrase le feu du diamant du cœur
Joyau indestructible d'une perpétuelle impatience
Déposez, ô Vénus incarnée, Aphrodite de mes délires
Posez o sur mon corps la morsure de vos lèvres
Reposez votre sein et votre tête, 
abandonnez-moi votre ardeur
Ce rêve impossible me donnant l'existence
Chair d'une intelligence dont je ne me rassasie jamais
Esprit paré de tous les atours de la sensualité
d'une divine maîtresse
Cette longue, dure, et perpétuelle marche
dans le temps du souvenir
L’oubli de ce quelque part et autre part
pourtant si proche ici-bas
Elle était là ignorante de la patience de mon attente
J'ai été partout et nulle part à se recherche
dans l’univers de mes fantasmes
Un beau jour… 
une lettre parmi d'autres 
et quelques mots griffonnés, comme ça !
On écrit, on pense, on écoute on lit
une voix tout autre arrivée d'outre-liberté, 
Le plume s'allège de la pesanteur quotidienne
S'ouvre l'horizon d'une promesse
L'écrit et le non-écrit comme un flirt verbal
Pourtant, chaque fois le fardeau des sentiments m'évade
La main hésite, que ce soit la caresse du papier
sur ses yeux et la pensée tremble de cette plénitude
Lendemain sans lendemain au jour le jour
on dévêt le quotidien pour créer cette pensée
Ce long cours du rêve de la réalité pacifiée et délivrée
Cheminement sans but qui se heurte à la réalité barbelée
L'errance par les voies vagabondes de la liberté
Premières amours buissonnières comme un enfant…

JrB, Ensisheim, 9 juillet 1982


Un pauvre hère qui… erre

La nostalgie c'est le désir d'on ne sait quoi...

Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes

Partager cette page

Repost 0