Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Aujourd'hui

Dans ce silence, je fais le mien
J'écoute, mais je n'entends
Plus rien !
Depuis l'autre fois, si longtemps…
Vos mots ont cessé
Avec, j'ai vécu en souvenir
De partout, suis-je blessé
Abandonné, un instant, de tout avenir
Je tourne, je retourne dans mon lit
Il est vide !
Suis-je donc coupable de quelque délit ?
Que vous remplissiez mon cœur de cet acide
Celui de l'absence
Celui, ce soir, du désespoir
Un mot ! Un seul et voici votre présence !
Naît et renaît à l'infini l'espoir
« Mon enfant, ma sœur », il disait
Ma mie, mon amante, je pensais
Autrefois, à moi, elle prédisait…
Et, sans crainte, de mon amour : je dépensais
J'ai presque tout donné
J'ai aussi, et mille fois, tant reçu
Donc, de cette angoisse me voici environné
Que ne puis-je, hic et nunc, n'être point déçu ?
Dans ma poitrine, c'est le chaos
Je chasse de ma tête cette sourde colère…
Au fil des mots, pris dans les cahots
Sur l'océan d'Amour, vogue la galère
Juste un peu de ce sommeil
Celui de la patience
Un dit d'elle qu'elle conseille
Que ma mie pardonne mon inexpérience

JrB, Ensisheim, 11 décembre 1981

Soyez ce que vous voudriez avoir l'air d'être.

Lewis Carroll

Partager cette page

Repost 0