Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

 Vivre sans rêve, c’est rêver sa vie.

Vivre sans rêve, c’est rêver sa vie.

La ville est la chimère de notre éphémère éternité.


La ville est le passage nécessaire du piéton de l’immobile. Se balader dans un univers confiné, c’est le summum du plaisir d’une pensée figée.


La mort, c’est le jeu (je) de l’existence avec la survie.


La folie est une pathologie contagieuse. Il n’est qu’à regarder la télé et condescendre à écouter nos dirigeants politiques tous plus affectés mentalement les uns que les autres. Demain, c’est mieux qu’hier et moins bien qu’après-demain.


L’assassin ne fait que tuer l’ombre qui le poursuit : la sienne… C’est un suicide.


Le sexe est le seul moyen résonné (ou raisonné) permettant d’exprimer notre platitude existentielle.


Vivre sans rêve, c’est rêver sa vie.


Le yoga est une forme de supercherie intello spirituelle. Le corps confond la pensée et se prend pour elle… Quelle erreur ! C’est ce qu’on appelle la mystique [des temps modernes], alors que ce n’est qu’une pulsion (le Moi, le Ça et consorts). Même si on possède un cerveau reptilien, archaïque et à 99 % des gènes identiques avec le bonobo, nous avons un esprit (appelons-le comme ça !)
 

La caméra filme. L’œil épie. Le premier enregistre et le second voit. La caméra montre tout et elle ne voir rien. L’œil voit tout et oublie le reste.
L’œil nous scelle la décence que nous portons à autrui faute d’avoir la décence de l’aveugle.


Le hasard ne peut pas exister, il n’est qu’une ignorance servile des liens de causalité que la science contemporaine ne sait pas encore interpréter. Wait and see.

L’artiste n’est rien que le procureur d’une pensée esthétisante : « Ce que je fais est beau ! » C’est là son unique message [universel ?] délivré à la populace et à fonds perdu. Seul l’ignare lui échappe.

 

La liberté a toujours usé les mots et mésusé la pensée alors qu’elle nous accorde son usage sans restriction et nous fait bénéficier du droit de se taire.
 

La mystique du rêve en dormant n’est rien d’autre que l’illusion de notre désillusion.


Les voyages ne nous mènent jamais nulle part qu’ailleurs. Juste un peu plus loin de soi et à côté de moi. Le voyage entre ici et là-bas est un autre… ici. Tout voyage est immobile dans l’espace et mobile dans le temps.


Et si Dieu existait, il faut, surtout, se garder de ne pas l’inventer


Il n’y avait âme qui vive, juste une foule dense et irresponsable. Dans la foule l’individu n’existe plus, il n’est co-responsable que du collectif. La foule n’est jamais humaine dut-elle défendre la meilleure des causes.
 

Peut-on connaître quelque chose ou quelqu’un sans le qualifier (avant de le définir) ou le nommer (identifier). Un objet ou un individu sans nom n’existent pas (non identifié). Notre existence tient à si peu de chose qu’on peut sous certains régimes politiques exécrables numéroter les individus humains. C’est déjà fait pour moult animaux domestiques.

JrB, Bertaucourt-Épourdon, 24 septembre 2016

Il n'est qu'une chose pire que l'ennui : c'est la peur de l'ennui.

E.M. Cioran, La tentation d'exister

Partager cette page

Repost 0