Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

L’œil magritien, l'antithèse de l’œil de Moscou, voici la... liberté !

L’œil magritien, l'antithèse de l’œil de Moscou, voici la... liberté !

Lorsque le temps n'est plus
ce que nous sommes
au moment où l'on se croit… être
et que le reflet n'est qu'une forme évanescente
déjà accomplie

Alors l'Homme
le Poète marche vers son destin
qui n'est qu'une illusion spéculaire
un songe de son propre Moi
comme on ne songe à rien

Un vide qui emplit nos plus fous désirs
des aspirations négatives et nihilistes 
et autre destruction d'un monde
toujours déstructuré
et qui n'a que la foi d'être un lambeau
le voile nu de l'horreur 

Nous avec, lui et et les autres
qui rêvons tous de nous taire
mais qui, par médiocrité, crions avec les loups

L'Homme est cet aboutissement de son néant
face miraculeuse d'une paroi vertigineuse
du dégoût de se plaire
Alors qu'il suffit d'admirer
pour désirer déjà se plaindre

Être pris de la nausée narcissique
et s'imaginer ce que l'on est…
une tâche infime
ne faisant de l'ombre qu'à elle-même

S'il s'agissait d'aligner un mot après l'autre
de détruire une idée par un sentiment
de colorer l'espoir d'une erreur quelconque
alors nous dominerions
nos pâles transfigurations
comme viatique d'une identité
tout autre, mais jamais définie

JrB, Strasbourg, 9 novembre 1983

Tant que tu ne cesseras de monter, les marches ne cesseront pas ; sous tes pieds qui montent, elles se multiplieront à l'infini !

Franz Kafka, Protecteurs

Partager cette page

Repost 0