Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Ne jamais " Fontaine, je ne boirai pas de eau..."

Ne jamais " Fontaine, je ne boirai pas de eau..."

Lorsque personne ne remplit cette place vide
Lorsque mon lit n'a pour tout compagnon
que moi-même
Lorsque mes jours sont pleins d'étoiles noires
et que le soleil a déserté
Alors la vieille camarade
compagne de tous les jours
et sa lancinante image nocturne
cette absence de soi qui me fait dériver
Simple désir éléphantesque
qui vide les mers de mon marécageux imaginaire
Plaisir d'une ultime redondance
preuve et ressentiment de sa propre présence
à ce néant
Fascination crépusculaire de l'être
Rien ! Tout juste le mirage d'une larme 
et d'une chandelle qui s'éteint
Je dors avec toi et déjà sans moi
Horreur et séduction
Comme au beau temps où je rêvais
ã voix haute et au verbe offensif
où je feignais de jouir de toi
avec un dérisoire
qui ne sied qu'aux cauchemars
peut-être aux fous
À moins que délirer soit déjà folie
Moi là et ici 
j'étais et je suis, mais serai-je ?
Tu peux t'habiller avec la pâleur
naïve de mes aspirations
te parer de mes délices et blasphèmes
mettre la robe nuptiale de l'aube
ou le sépulcre lunaire du crépuscule
Entre chiens et loups
tu es toujours la… chienne
Te déguiser ou te travestir
Toujours ton souffle
immondice de l'humain
est pour moi perceptible entre tous
mes sensations s'y ressourcent, s'y enivrent
Je suis aussi tien qu'au premier jour
à peine ému, et pas encore élu
tu as scellé le secret au tréfonds de mon esprit 
Pourtant si je me tais, tu n'existes plus
De qui donc qui parlé-je ?
Allez devine !

JrB, Strasbourg, 6 octobre 1983

Que les gens sont absurdes ! Ils ne se servent jamais des libertés qu'ils possèdent, mais réclament celles qu'ils ne possèdent pas ; ils ont la liberté de pensée, ils exigent la liberté de parole.

Sören Kierkegaard, Ou bien... Ou bien

Partager cette page

Repost 0