Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Nuit d'ivresse urbaine et pluvieuse

Nuit d'ivresse urbaine et pluvieuse

Méfiance, quand elle nous tient !
Quel être ignoble choisirait
entre l'amour qu'il dit,
parce qu'il croît,
et entre une métropole ?
Soit-elle la capitale,
et fut-elle ce rêve nostalgique,
lieu sublime des amours enfantines ?
Qu'elle quelle est !
Celui-là qui préférerait à son amour,
celui-ci serait un piètre sire,
menteur et triste manant
Une ville, fut-ce la plus belle...
et elle l'est !
C'est encore un rêve.
Aujourd'hui, toujours, l'enfant rêve à deux 
Il croit qu'une ville douce, habitable,
l'instant où y demeure un beau sourire
l'enfant gâté est, un instant, comblé.
il l'est de l'empreinte d'un visage
L'avenir n'est plus au souvenir ni à la nostalgie.
Les lieux ne sont rien,
ou si peu !
Si quelque part, un mystère y attend...
Voilà le levain de la vie,
la beauté qui émerge
On peut ne savoir promettre,
On n'en sait pas moins donner ;
Donner sa seule richesse : cachée et pudique.

Là-bas, la capitale, cosmopolite, bigarrée
elle ne sera plus jamais...,
sinon un rêve, souvent un délire
Et, maintenant, une nostalgie sans remords
Trop heureux, le doux enfant
d'avoir trouver non pas une ville...
mais un lieu, havre de paix
Hier était avant
et demain n'est pas encore aujourd'hui.
Pour un sourire, il croit découvrir
l'ombre du Rhin bienfaisante 
à son espace vital...
 

JrB, Ensisheim, 1er décembre 1981

Errare humanum est, perseverare diabolicum : « Se tromper est humain, persévérer [dans l’erreur] est diabolique »

Saint Augustin

Partager cette page

Repost 0