Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Sous le ciel, il n’y a rien qui soit stable, rien qui ne dure à jamais. Bouddha (Paris)

Sous le ciel, il n’y a rien qui soit stable, rien qui ne dure à jamais. Bouddha (Paris)

Toi

ce miroir vide
de ce vide que tu emplis
cet emploi du temps
infinitésimale vacuité de la vanité
ce tout qui n'est pas grand-chose


Moi

qui suis tant
 et qui crois à si peu
salvateur de moi
pas encore tout à fait
moi, moi et… personne

 

Moi

ce qui n'est pas encore 

et qui aspire toujours à toi
qui respire ton éros 
cet usage absurde
d'une quête de l'absolu

 

Moi

qui ne trouve… presque rien

 parce que le jour est éphémère
rien ! Et la nuit étoilée du néant
cet égoïsme de l'amante
absolument toi

Moi

avant et après 
à l'heure de l'éternité
qui attend
ici et là-bas
jamais nulle et partout


Moi

 

obsédé et lancinant
cet autre qui me fuit
absent dans ta présence
et vice-versa
mois après mois


Moi

hier et demain
peut-être une autre fois
avant, après et avec toi
c'est déjà un peu l'autre
qui ne sait plus ni se rappelle


Moi

qui rêve comme on vit
qui vit comme on rêve
les autres, on s'en moque !
Le roi est nu
rien d'autre et c'est tout !

JrB, Ensisheim, 21 janvier 1983

L'amour poétique :

Lorsque le moi n'est plus tout à fait moi et quand on ne sait plus où commence l'autre et où l'un finit [infini] soi-même...

Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement.

Bouddha

Partager cette page

Repost 0