Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Tous les chemins ne mènent pas à Rome

Tous les chemins ne mènent pas à Rome

Le rêve s’efface

                          à peine esquissé
Il naît d’un rien
                        un sourire
                                       une larme
                                                       quelque caresse
Il s’estompe aussi vite
                                   pas encore éclos
                                                          dans le marécage nauséeux
                                                                                                      de l’indifférence
Un tintement
                     comme la clef d’une signature
                                                                      la porte du réel se referme
Vision fugitive
                       d’un toujours autre
                                                        lointain
Et qu’il ne coûte de croire paradisiaque
                                                    le paradis
                                                                   de la vie
                                                                             des autres
                                                                                          que l’on dit libres
Moi qui le suis
                       si peu
                                 et tant
Je ne rêve plus
                        que je rêve
                                       je vis l’hiver
                                                    de ce printemps promis
                                                                                        aube de mes crépuscules

À flotter entre deux eaux
                                       l’une boueuse et tanathophère
L’autre claire et limpide
                                    d’un Éros
                                                  qui m’éveille
C’est Moi
               côté pile
                             et côté face
                                               lui
                                                     ce Moi qui m’attend

JrB, Ensisheim, le 18 décembre 1982

Doutez de tout et surtout de ce que je vais vous dire.

Bouddha

Partager cette page

Repost 0