Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Et vogue la galère !

Et vogue la galère !

Je t'invite… petite fille
que le soleil maquille
Je te fais hôte de mon imaginaire
à la clarté lunaire
Mon sexe n'est pas ce morceau de chair
ni quelque glande salivaire
Parfois triomphant et d'autres fois décadent
Les gagnants ne sont pas toujours les perdants
C'est autre part,
mais sans rempart
on ne sait pas où
entre deux branches de houx
Jamais !
et désormais
Sauf moi
non sans émoi
Qui je sais
Ce n'est pas un essai
Viens, viens petite fille
que je te déshabille
Dans la couche de mon imaginaire
y inventer un dictionnaire
Espace d'un « plaisir » parfait
chaque fois qu'en toi je me défais
Récréation de l'infini
où enfin unis
L'infini de ta tendresse
tes mots de poétesse
Ô magicienne !
Sois donc mienne
Viens ici, les caresses sont autres
et me voici ton apôtre
Tu jouiras de Toi
et mon âme déjà te tutoie
Comme déjà je jouis
lorsqu’encore tu me dis oui
Je t'accueillerai son mon toit
autant qu'il sied d'être courtois
Toujours
les heures, les minutes et les jours
L'oreiller de mon cœur
où je m'endors du passé sans rancœur
Tu y reposeras tes pensées ad vitam æternam
tes rêves y joueront toute la gamme
Ton corps déblayé et déblasonné
mais non abandonné
Libre
entre Toi et Moi juste en équilibre
dans l'ivresse de mon désir
au son d'une divine lyre
Un va -et -vient dans l'azur du bleu
Teint de pastel amoureux
Tes yeux sont source de profondeur
là j'y puise mon ardeur
Où je ne suis presque plus
mais rien n'est jamais exclu
Chut que je t'écoute
quoiqu'il en coûte
Entends mon baiser
de ta flamme attisée
Oublié et perdu dans Toi
enseveli en Moi !

JrB, Ensisheim, 28 novembre 1982

Il est des voyages sur place qui vous font découvrir... l'univers

Sagesse populaire

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :