Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

L'arbre de l'évanescence

L'arbre de l'évanescence

Un mot, une idée
Quelque chose est là,
Mais quoi ?
Ça titille l'âme et le corps.
On feint de l’oublier
Et, de-ci de-là, reparaît.
Une forme épurée de toute imperfection :
La grâce ouverte au vent de l’imaginaire ;
Le songe au creux de la nuit
Et au tréfonds du cœur
Entre deux plis de drap.
Rêve à peine éveillé,
Volupté de l’esprit.
Au moment où le corps est esprit
Tout juste un voile pudique.
La nudité recouverte par son mystère,
Voilée de la promesse jamais faite,
Pourtant exaucée d’un chaste érotisme
Rêvée et désirée.
Le fantasme de l’âme et de la chair
Offertes à toutes les imprudentes pudeurs.
Un visage et un sourire :
Pour toujours inscrit dans le regard.
Jamais là, mais juste un peu plus loin
Dans le frémissement et le tremblement
De cette attente d’un autre matin,
Là où l’invisible sera vu
Pour de radieuses retrouvailles.

JrB, Ensisheim, 2 août 1981

Qu'as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse,
Dis, qu'as-tu fais, toi que voilà,
De ta jeunesse ?
(Le ciel est par-dessus le toit)

Paul Verlaine (1844-1896)

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :