Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Francis Bacon, Tête (1949)

Francis Bacon, Tête (1949)

Voyageur de partout
Ici, tu n’es nulle part
Entre dans ma poésie
Comme tu sortirais d’un égout
Juste pour te rafraîchir
d’un long chemin dans l’absurde
Chez moi, tu n’auras rien
Que tu n’as encore
Tu auras tout
ce que tu as déjà vécu
Tout et rien de moi
Ce sera à toi
Mes mots et mes phrases
Ils sont les mêmes depuis toujours
Pensées d’un chemineau
Qui s’en va à vau-l’eau
Jusqu’à l’infini du moment

JrB, Ensisheim, 26 mai 1982

Peindre le cri plutôt que l'horreur.

Francis Bacon (1909-1992)

Partager cette page

Repost 0