Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Nous voguons sur une rivière dont on ignore la source et on ne connaît point l'océan qui l'accueille dans son  infini

Nous voguons sur une rivière dont on ignore la source et on ne connaît point l'océan qui l'accueille dans son infini

Si tu le désires
d’un mot je te fais le Monde
et nous le fuirons
avec un autre je te dessine la mer
des yeux comme des vagues

D’un geste on peut créer le vrai
pour d’un autre effacer le faux

Un mot c’est la puissance
c’est l’acte
lorsqu’il porte tout le poids
du désir
de la passion
le poids de nos jeunes rires
de nos vieilles larmes
et le rideau d’un sourire de l’amante
qui dit oui
et se tait avec…


Il n’y a plus que cette ombre
grandissante
envahissante
insinuante
dans la chair
lancinante
qui s’exacerbe en jouissance

JrB, Strasbourg, 17 janvier 1984

La tempête a béni mes éveils maritimes.
Plus léger qu’un bouchon j’ai dansé sur les flots
Qu’on appelle rouleurs éternels de victimes,
Dix nuits, sans regretter l’œil niais des falots !

Arthur Rimbaud, Le Bateau ivre

Partager cette page

Repost 0