Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il est sage celui qui préfère le silence                  à la parole

Il est sage celui qui préfère le silence à la parole

Je suis là et silencieux des bavardages mondains
Les mots s’ajoutent aux mots à satiété
Ils s’enchaînent à nos désirs
et s’imbriquent dans notre vacuité à survivre
Tout dire et plus encore, toujours
Tout ça pour ne rien faire ou si peu et sans cesse
Chaque mot est déjà une fin en soi
sans autre avenir que le moment suivant
De bavardages futiles en mots inutiles
On les dit et les écrit pour les autres
Et on ne fait que s’écouter soi-même
Une poésie du soi pathétique
Elle n’est qu’un sempiternel abandon
Un sanglot sans les violons
et une petite musique aphone
Le silence de la parole est un bruissement vital
L’écrit n’est jamais force, il est esprit
Tout juste une mince pellicule photographique
Juste le négatif d’une récrimination perpétuelle
Alors, il est temps de laisser les mots se taire
Et ce moi avec qui frissonne
Le souffle épique d’une ultime aventure
Là, juste au coin de la phrase
On voudrait être Rimbaud, Mallarmé et consorts
Finalement, on est bien plus
En étant ce presque rien qui se reconnaît
même si on n’est que soi et que tous l’ignorent
Un mot tue l’autre
et nous partons un peu plus loin
À l’horizon de nos dernières illusions
et dans nos rêves d’inutilité existentielle

JrB, Bertaucourt-Épourdon, 9 janvier 2017

Tu voyages au bout des possibles

Bob Dylan, Visions

Partager cet article

Repost 0