Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'horloge tourne d'un œil visionnaire. (d'après un dessin d'Eyten)

L'horloge tourne d'un œil visionnaire. (d'après un dessin d'Eyten)

Personne, jamais !
Ne se connaît moins bien que moi
À tel point que j’ignore qui je suis…
Celui d’hier ou d’avant-hier,
D’aujourd’hui ou de demain ?
Bien sûr que je crois en ce moi
Qui ne l’est plus tout à fait
Ni moi ni un autre
Juste celui-ci et celui-là, par moment
La vie est une fuite d’instants ponctuels
Qui jamais ne s’arrête
L’existence de chacun est à l’image qu’on se renvoie
Un miroir décalé dans le temps et l’espace
Cet ego fluctuant ressortit a contrario
D’un ni moi ni un autre
Juste entre les deux
Nous sommes des Janus quotidiens
La nuit et le jour,
L’aube de l’enfance
Et déjà le crépuscule de la vieillesse
Entre-temps, on s’occupe de soi
En feignant de s’occuper d’autrui
On est là, mais déjà autre part
C’est le fatum
Ça fait moins peur et c’est plus huppé
Mais ça ne change rien
On marche et encore… vers là-bas
Ce nulle part
Qui n’est ni moins loin ni plus loin
Peut-être est-ce bien cela qui nous manque
Être un seul instant à l’arrêt
Se mirer à l’aune soi-même
Et découvrir qu’on n’en sait rien
On s’interroge sur le monde
Alors que c’est le dernier et le pire de nos soucis
Le monde, lui, il s’en fout
Il était avant et il sera là après
Mais pour combien de temps ?
Le Grand « René(*) » philosophiquement aurait conclu
« Je pense donc je vis. »
Et au diable ! La pensée…
« Et pourtant, elle tourne(*) »

JrB, Bertaucourt-Épourdon, 25 novembre 2016

(*) René Descartes : « Je pense, donc je suis. » (Cogito, ergo sum)
(*) Galilée : « E pur si muove ! »

“Le silence permet de trouver son destin.

Lao-Tseu ,Tao Te King

Partager cet article

Repost 0